Une étude américaine conclut que la forte augmentation des taxes sur le vapotage dans l’État du Massachusetts n’aurait pas réduit le nombre de vapoteurs. En revanche, les déclarations erronées liant cigarette électronique et maladie pulmonaire (EVALI) auraient conduit des vapoteurs à un retour au tabagisme.

Diminution des achats d’e-cigarettes suite à des communiqués de presse

Photo d'une cigarette électronique

Souvenez-vous, en 2019, les États-Unis connaissaient une vague de maladie pulmonaire qui ne semblait se déclencher que chez les vapoteurs. Suite au premier décès survenu à cause de cette maladie, diverses organisations gouvernementales comme le CDC et la FDA s’emparaient du sujet. Si, dès les premiers mois, la Food and Drug Administration déclarait avoir trouvé un produit commun à presque tous les cas (N.D.L.R. L’acétate de vitamine E, qui se révélera plus tard être en effet la cause des problèmes de santé), le CDC se montrait beaucoup plus prudent et continuait de recommander aux vapoteurs d’arrêter d’utiliser leur cigarette électronique. Mais certains l’ont-ils vraiment fait ? Les recommandations d’organismes de santé mondialement reconnus sont-elles suivies ? C’est cette question qu’a souhaité étudier une équipe de chercheurs américains originaires du Massachusetts à travers une nouvelle étude (1).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *